Amis lecteurs,

Comme de nombreux membres éminents de la blogosphère francophone avant moi, je viens d'être approché par Antoine Boussageon, qui présente une émission de radio appelée "Blogs à part" sur France Inter.

L'émission du jeudi 18 mai sera consacrée aux "Chroniques indianapoliennes" et sera diffusée à 6h24 heure française (0h24 heure de la côte Est des Etats-Unis).

L'émission passe entre les informations routières et la météo à 6h24, et dure quatre minutes : soyez à l'heure !

J'ai été ravi de répondre aux questions d'Antoine Boussageon car j'ai toujours baigné dans une atmosphère "France Inter". Mes parents ont toujours été fidèles à cette station, et j'ai naturellement continué à l'écouter, tous les jours. "Le Masque et la Plume", "Le téléphone sonne", le "13-14", la musique classique avec Frédéric Lodéon, "2000 ans d'histoire", "Rue des Entrepreneurs" le samedi matin, "Ca se bouffe pas ça se mange" avec Jean-Pierre Coffe, Jean-Luc Petitrenaud, Patricia Martin, "Le Jeu des Mille Euros", Alain Rey, et même Daniel Mermet (hautement toxique mais parfois bon) ont rythmé ma vie pendant des années. Nous avons même été jusqu'à vivre quelques années à 100 mètres de la Maison ronde, c'est dire... Et même si j'ai pu souvent râler contre l'orientation de tel ou tel journaliste ou animateur, existe-t-il station de meilleure qualité en France ?

p3

Même ici aux Etats-Unis, j'écoute souvent France Inter (ou FIP) sur Internet, notamment le soir. Cela fait une drôle d'impression d'écouter des programmes qui vous échappent, j'imagine, car vous dormez à cette heure là... Je vis en osmose avec les routiers, les médecins de garde des services d'urgence, les taxis, les grossistes de Rungis et tous ceux qui travaillent lorsque les autres sont assoupis. Et lorsque je vais me coucher, vers minuit-minuit et demi, les plus matinaux d'entre vous se réveillent et allument machinalement leur poste tandis que j'éteins le mien. Bizarre d'entendre qu'il pleut sur Paris, qu'il y a déjà deux kilomètres de bouchons porte d'Orléans, que les cortèges défileront de République à Bastille... Paris quoi ! Loin de la quiétude de nos champs de maïs...

sized09100410_paris_nuit

La radio publique américaine est d'excellente qualité aussi. C'est la seule que nous écoutons ici, et je crois que c'est la seule qui soit vraiment écoutable : toutes les autres stations ont de longs tunnels de publicité, et diffusent soit des programmes religieux, soit de la soupe Country. NPR (National Public Radio) perçoit quelques subventions publiques, mais fonctionne avant tout grâce aux contributions volontaires des auditeurs. La publicité en est bannie. NPR fonctionne sous la forme de décrochages locaux. Vous n'aurez pas deux NPR identiques aux Etats-Unis, chaque station locale achetant à NPR certaines émissions, qui sont ensuite introduites dans des programmes locaux par leur musique ou leurs centres d'intérêt. Les informations sont les plus objectives des Etats-Unis, et les journalistes sont d'une grande finesse d'esprit. Seul regret, c'est avant tout une "talk radio". Mise à part la musique classique la nuit ("The Classical Connection"), il n'y a pas vraiment de musique : quelques extraits musicaux, des jingles, mais sinon, que des débats et des discussions.

A Indianapolis et dans le centre de l'Indiana, la station locale qui héberge NPR est WFYI. Les moments forts de la journée sont le Diane Rehm Show le matin (émission dans laquelle Diane Rehm aborde des questions d'actualité sur un ton objectif et posé. Diane Rehm, je ne sais pas quel est son âge, mais j'ai l'impression qu'elle a 80 ans ! Elle parle à 2 à l'heure mais on reste pendu à ses lèvres car toutes ses interventions sont remarquablement intelligentes); Day to Day avec Alex Chadwick; Fresh Air avec Terry Gross qui interview les plus grandes personnalités des Etats-Unis et de la planète sur un ton confident, les laissant s'exprimer sans les interrompre à tout bout de champ avec des remarques prétendûment spirituelles; All Things Considered; et le meilleur sans doute, le BBC Newshour. Rien ne vaut la BBC, qui travaille ici en collaboration avec NPR pour un programme d'information internationale qui constitue à lui seul une leçon de journalisme.

images2

Le point commun de ces programmes (ceux de France Inter et de NPR) est que, tandis qu'ils vous accompagnent toute la journée, ils vous rendent vraiment plus intelligent et mieux informé. Ma préférence va quand même à France Inter car les programmes y sont plus divertissants que ceux de NPR (NPR, ce serait une synthèse de France Inter, de France Culture et de France Musique). Mais France Inter a tout de même quelque chose à apprendre de NPR : des émissions dans lesquelles l'invité a la possibilité de vraiment s'expliquer, de développer ses conceptions, chose impossible à la télévision, généralement condamnée à la superficialité dans le propos. Je considérerais volontiers que NPR est plus objectif que France Inter...même si certains de mes amis américains la considèrent comme une station de radio crypto-marxiste ! Cela me rassure, car l'UMP représente sans doute pour eux l'avant-garde du communisme...