Depuis hier a Washington, pour une semaine, je suis bien decide a visiter maintenant ce que je n'ai pas eu le temps de decouvrir au cours des mois de janvier et fevrier, trop occupe alors a etudier.

J'ai commence aujourd'hui avec le United States Holocaust Memorial Museum, musee consacre aux exactions du regime nazi a l'encontre des Juifs, mais aussi des Roms et Tsiganes, des homosexuels, ou encore des Temoins de Jehovah.

51178_7801

Si je me suis decide a visiter un tel endroit par une belle journee de printemps, c'est en raison d'un entretien accorde par le President syrien Bachar Al Assad a PBS, la chaine de television publique americaine, que j'ai regarde hier soir. Ce dernier, dans une discussion passionnante au cours de laquelle les problemes du monde arabe etaient abordes, a fait preuve de "revisionnisme rampant".

L'homme est intelligent, et il s'exprimait d'une voix calme et posee, dans un anglais parfait. Pas vraiment l'image d'un excite. Et pourtant, ce qu'il disait au sujet de la Shoah m'a fait froid dans le dos : l'extermination de 6 millions de juifs par le regime nazi ? Il ne peut ni confirmer ni infirmer, il n'a pas vu de ses yeux et donc il lui est difficile d'avoir une opinion. Les chambres a gaz et les fours crematoires ? Selon lui, il y aurait une controverse entre les historiens et la verite est difficile a connaitre...Oh certes, Assad admet bien l'existence de "massacres", mais disait-il, il faut bien se rendre compte que la Seconde Guerre Mondiale a tue plus de quarante millions d'individus et que les six millions de Juifs ne sauraient avoir davantage d'importance que les autres. Il n'a pas parle de "detail' a la maniere de Jean-Marie Le Pen, mais l'idee etait la meme. Enfin, il a dit que, pour sa part, il etait contre tous les massacres, ceux des juifs comme ceux perpetres par l'Etat hebreux, les mettant sur un pied d'egalite. Et la on etait enfin au coeur du sujet, Assad avait ote son masque : contester la Shoah ou en minimiser l'existence n'est qu'un moyen de propagande destine a denier a Israel le droit d'exister.

La these est connue : les Juifs, utilisant leur fameux lobby et une presse acquise a leur cause auraient utilise tous les ressorts de la victimisation afin de tirer tout le benefice possible du malheur circonstanciel de certains d'entre eux au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Si le genocide des Juifs n'est pas si terrible, alors il n'y a pas de necessite de "compenser" cette tragedie en creant un foyer national juif et l'existence d'Israel est illegitime. CQFD.

8510

Parce que ces theses continuent d'etre largement diffusees, notamment dans le monde arabo-musulman, il reste toujours necessaire de se soumettre a echeance reguliere a des "piqures de rappel" de ce que peut etre la barbarie humaine. Et du caractere unique et tout a fait exceptionnel de la Shoah.

Le Musee est extremement didactique, fort en emotion, et suscite la reflexion a chaque instant. Difficile de ne pas etre profondement ebranle a differents moments.

J'ai visite plus particulierement une exposition sur le role specifique de la medecine dans la politique nazie : "purification" de la race allemande par une politique massive de sterilisation, euthanasie des malades mentaux et des handicapes, interdiction des mariages interraciaux, et finalement elimination pure et simple des races dites inferieures : "Deadly Medicine: Creating the master race". Je vous conseille de cliquer sur le lien, cela vaut mieux que tout ce que je pourrais ecrire sur les developpements de la politique abjecte de l'Allemagne de l'epoque.

00091

Enfin, le musee est aussi ouvert sur d'autres tragedies qui se deroulent sous nos yeux ou qui se sont deroulees a une epoque recente. En sens-la, c'est aussi un musee d'histoire contemporaine et un centre de lutte contre tous les genocides. Le message des survivants des camps des concentrations est toujours le meme : "plus jamais ca !" L'avons-nous bien entendu ? Depuis, nous avons connu le Cambodge, le Rwanda, et actuellement le Darfour...

La liste n'est pas exhaustive.